Santé : la stratégie d’Amazon pour prendre soin de chacun à domicile


Santé : la stratégie d’Amazon pour prendre soin de chacun à domicile

Après plus de 27 ans à la tête d’Amazon, Jeff Bezos a annoncé le 15 avril 2021 qu’il passera prochainement la direction générale d’Amazon, à Andy Jassy, actuel directeur des services Cloud du groupe (AWS). Dans la lettre annuelle aux actionnaires, la publication des chiffres clés montre combien la crise sanitaire a stimulé l’activité du géant de l’e-commerce. Le groupe Amazon compte désormais, 1,3 million d’employés dans le monde. Rien que sur l’année 2020, 500.000 personnes ont été embauchées. Depuis le début de la crise sanitaire, le groupe américain a engrangé 50 millions de nouveaux clients Prime. La stratégie B to B a séduit plus de 1,9 million de petites et moyennes entreprises qui vendent ainsi, leurs produits sur la plateforme et représentent 60 % de l’activité du groupe. Dans l’environnement d’Alexa, les clients d’Amazon ont connecté plus de 100 millions d’appareils à l’enceinte intelligente.

La crise sanitaire n’a pas seulement fait le succès de l’entreprise de l’homme le plus riche de la planète, elle a accéléré ses ambitions dans le secteur de la santé. Comme toujours, Jeff Bezos privilégie l’action. En affaires, la rapidité est un facteur crucial. De nombreuses décisions et actions sont réversibles et ne nécessitent pas d’être étudiées en profondeur. La stratégie doit valoriser la prise de risques calculés. En mars dernier, Amazon annonce qu’après une phase de test d’un an et demi auprès de ses employés de Seattle, il déploie Amazon Care à l’ensemble de ses salariés ainsi qu’à ceux d’autres entreprises, son service de téléconsultation. Dans le même temps, il confirme mettre fin à Haven, son projet d’assurance santé.

Depuis 2016, le champion mondial de l’e-commerce a entamé une offensive dans le secteur de la santé. Après avoir racheté, le pharmacien en ligne PillPack, il lance Amazon Pharmacy. Plus grand hébergeur de données, AWS, la filiale d’hébergement et de services en ligne d’Amazon, conquiert de nombreux clients : les géants pharmaceutiques Johnson &Johnson ou Pfizer, le spécialiste de l’informatique de santé Cerner, Doctolib en France. Amazon propose du matériel médical aux hôpitaux et s’engage sur le terrain des «wearables», largement dominé par l’Apple Watch avec près de 30 % des parts de marché.

Dès 2018, les observateurs spéculent sur la place qu’Amazon pourrait prendre sur le gigantesque marché de la santé. Amazon, JPMorgan et Berkshire Hathaway qui comptent parmi les entreprises les plus puissantes du pays, viennent de constituer une société commune destinée à réformer la couverture santé de leurs employés. A Wall Street, les actions des compagnies d’assurance santé dégringolent. Le marché pense qu’Haven va disrupter l’un des systèmes de santé les plus chers et les moins efficaces du monde. Un système morcelé entre une myriade d’acteurs publics et privés qui coûte plus de 3500 milliards de dollars annuels, soit près de 17 % du produit intérieur brut (PIB) pour des résultats médiocres, en matière d’espérance de vie.

Trois ans après, Jeff Bezos, Jamie Dimon et Warren Buffett, sonnent la fin. Les trois entreprises ont vite divergé sur leurs besoins spécifiques, très différents, entre un marchand, un banquier et un conglomérat financier et industriel. Un échec dans le secteur de la santé sur lequel le géant numérique ne compte manifestement pas rester. En passant des contrats directement avec les employeurs, Amazon Care réduira les frais administratifs généraux, ce qui aura pour effet de diminuer le coût des soins et le coût pour les employeurs et leurs employés de leur assurance santé. Amazon Care continue de s’inscrire dans la transformation du modèle de santé, faisant des employeurs, le prestataire de santé des employés : une révolution.

Partager l’article

Derniers articles


Revenir aux actualités


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *